Une bonne et nouvelle année pour Alexis !

Un Tour de France, le parcours d’une reconversion
et le message de la Monnaie Libre

Des nouvelles d’Alexis,
notre apprenti paysan !

« Je suis apprenti élèveur maintenant !« 

Moi : Bonjour Alexis ! Comment vas-tu depuis notre dernier rendez-vous ?

Alexis : Salut Alexia ! Tout d’abord, je te souhaite une excellente année 2019! Qu’elle soit pleine de vie, de réflexion et d’expériences enrichissantes ! Je vais toujours très bien et je suis enthousiaste de réaliser notre entretien!

Moi : Tu te trouves chez un éleveur dans le sud de l’Alsace depuis la mi-novembre, c’est bien ça ?

Alexis : En effet, une expérience complètement nouvelle pour moi qui me met au cœur du métier d’éleveur !

Moi : Peux-tu expliquer en quelques mots en quoi consiste ta nouvelle mission ?

Alexis : Je vis à présent sur Fislis, à l’Etable Gourmandei. Pour l’instant, je participe aux étapes de travail depuis l’élevage jusqu’à la distribution en passant par la transformation. En effet, j’agis sur deux plans dans l’exploitation : d’une part à la ferme avec les animaux et d’autre part dans l’atelier de transformation avec les collègues.

Pour le côté élevage, je m’occupe des poulets et cochons, c’est-à-dire que je vais les alimenter, veiller à leur apport en eau et les pailler lorsque c’est nécessaire dans leurs parcs. Les lundis, j’aide aussi à la capture des poulets puis à leur abattage dans l’atelier dédié. Par ailleurs, j’aime observer les animaux dans leur milieu pour mieux connaître leur comportement « normal ».

ihttp://www.etable-gourmande.fr

Pour le côté transformation, j’exécute des tâches simples de boucher et d’aide en cuisine. A propos de la boucherie, j’ai pu préparer des poulets (ceux que nous avons abattus !), préparer de viande et des steak hachés. En cuisine, je prépare les commandes pour les différents circuits de distribution.

Cela me permet d’avoir une première approche du fameux message commercial « de la graine à l’assiette ».

Moi : Comment se passe l’abattage des poulets ?

Au moins deux personnes s’occupent de l’abattage qui a lieu dans un local normé. L’abattage se déroule selon les étapes suivantes : étourdissement à l’aide d’un choc électrique, saignée en coupant la trachée, déplumage à l’eau bouillante et éviscération. En moyenne, 80 poulets sont abattus les lundis.

Je me suis demandé comment j’allais réagir pendant l’abattage. Eh bien je me suis senti un peu intimidé mais avenant car je n’avais encore jamais abattu. Ce qui pour moi est difficile à supporter est l’odeur et le nombre de poulets abattus.

Moi : En quoi s’agit-il de poulets bio?

Alexis : Ce sont des poulets de plus de 80 jours élevés en plein air avec une alimentation saine. D’ailleurs une grande partie des céréales servant à l’alimentation est produite sur place (j’aurai certainement l’occasion de découvrir ça plus tard dans l’année!). Ils ont également également accès à un parcours plein air. Pour en savoir plus, je renvoie à la documentation du label agriculture biologiquei et à un comparatif des modes de production de volailleii.

Moi : Et concernant la partie transformation, qu’est-ce que tu fais ?

Alexis : C’est la partie la plus technique. J’apprends le métier de boucher qui consiste à désosser, casser, découper, hacher. J’apprends à reconnaître les différents morceaux de viande, ce n’est pas une mince affaire !

Moi : Combien de personnes travaillent dans l’exploitation?

Alexis : Une dizaine environ. Deux à l’élevage et le reste dans l’atelier de transformation et la boutique.

Moi : Si je comprends bien, c’est une exploitation familiale.

Alexis : Oui, y travaillent le chef d’exploitation, sa femme sur la partie administrative, son père pour ce qui concerne l’élevage. Quant à Booba, il est bien content des différents morceaux qu’il peut récupérer !

ihttps://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:02008R0889-20160507&qid=1465559502531&from=FR

iihttps://www.ciwf.fr/alimentation/quelles-volailles-choisir/

Moi : Les particuliers peuvent donc venir sur place pour faire leur course. Je suppose que ce n’est pas le seul débouché pour leurs produits…

Alexis : Tout à fait, la société livre également des AMAP, des Ruches qui dit oui, des Biocoop sur Mulhouse et des marchés fermiers. En voyant leur déploiement et d’après les conversations que nous entretenons, je me dis qu’ils pourraient bien être intéressés par la monnaie libre !

Moi : A ce propos, comment se porte le réseau monnaie libre en Alsace ?

Alexis : Il en est aux balbutiements ! Sur la carte annuaire de Duniter, il y a un peu plus d’une vingtaine d’utilisateurs en Alsace, et ça progresse ! J’ai eu l’occasion de participer à un stand monnaie libre sur Belfort et pris quelques contacts avec habitants dans le coin. Évidemment, j’ai pris un petit moment pour en toucher un mot avec les exploitants. J’ai été surpris d’entendre sa curiosité et une de ses idées pour faire bouger les lignes monétaires : remettre à zéro tous les comptes de la FMI ! Son hypothèse est que cela forcerait tout le monde à réfléchir sur le sujet de la monnaie. Je trouvais ça radical mais intrigué de savoir ce qu’il adviendrait si c’était réel. En tout cas, à l’écoute de mes explications sur la monnaie libre, il m’a demandé : « Si demain, je souhaite vendre des produits en monnaie libre, comment je fais ? ». J’étais ravi de sa réponse ! Je fais, à présent, des démarches pour trouver des personnes qui proposent en monnaie libre ce qu’il cherche !

Moi : Affaire à suivre, est-ce que vous avez été touchés par le mouvement des gilets jaunes ?

Alexis : Les gilets jaunes ? Non, pas vraiment car je pense que c’est lié au fait que nous sommes dans des petits villages. Nous avons pu rencontrer quelques ralentissements pendant des livraisons mais rien qui n’ait empêché le travail dans l’exploitation.

Par contre, j’ai eu l’occasion d’échanger grandement sur ce sujet lors des fêtes de fin d’année avec les proches. La critique majeure que j’ai entendu à leur égard était le problème de forme avec la violence. Parmi toutes ces discussions, très peu de personnes s’étaient intéressées à l’ensemble de leurs revendicationsi. Au contraire, les gilets jaunes veulent surtout un meilleur pouvoir d’achat. Pour partager mon avis, j’expliquais que je me sentais enthousiaste à l’idée d’un éveil de la conscience politique auprès des citoyens. Parmi les revendications, il y en a une qui permettrait de faire évoluer significativement la participation des citoyens dans la démocratie : le Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) en toutes matièresii. Si nous avions l’opportunité d’avoir un impact sur les lois, sur nos élus et même sur notre Constitution et qu’en plus, notre voix est entendue, alors j’imagine qu’il y aurait un effet boule de neige et que de plus en plus de citoyens s’impliqueraient dans la politique.

Moi : Lors de notre dernier entretien, tu avais évoqué le mouvement des zadistes de Strasbourg. As-tu des nouvelles ?

ihttps://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/zero-sdf-retraites-superieures-a-1-200-euros-salaire-maximum-a-15-000-euros-decouvrez-la-longue-liste-des-revendications-des-gilets-jaunes_3077265.html

iihttps://www.youtube.com/watch?v=rPKZKvQzhik

As-tu eu l’occasion d’échanger sur le choix de faire de la culture biologique ? Quelles étaient les motivations ?

<

p align= »left »>

Alexis & Booba !

Alexis : Une grève de la faim a eu lieu entre octobre et novembre afin d’alerter le président et qu’un moratoire soit initié. En l’absence de réponse après plus d’un mois, les grévistes ont décidé d’arrêter leur grève pour ne pas nuire davantage à leur santéi. L’affaire est toujours en cours.

Moi : Souhaites-tu aborder d’autres sujets ?

Alexis : En effet, je voulais aborder la vie sans voiture et la formation en ligne.

Moi : La vie sans voiture ?

Alexis : J’ai perdu ma voiture dans un carambolage sur l’autoroute. J’étais d’autant plus déçu que j’avais fait la maintenance du véhicule dans un garage participatifii une semaine avant ! Depuis deux mois, je mène à présent un mode de vie sans véhicule personnel et je dois reconsidérer ma mobilité ainsi que le tour de France! Aussi, je me suis penché sur les alternatives comme l’auto stop, le covoiturage, le train et l’emprunt de véhicule. Cela dit, le plus gros changement, c’est que je dois anticiper tous mes déplacements. J’ai dû également reconsidérer mes destinations, tout mon équipement et voyager plus léger !

Moi : Tu as l’air de le vivre plutôt bien !

Alexis : J’avoue qu’au début, j’étais perturbé et je me suis sérieusement posé la question du rachat d’un véhicule d’occasion mais après la phase de deuil, je m’y suis fais !

Moi : Et tu as moins de frais également… Et concernant la formation en ligne ?

Alexis : Je suis des MOOC « Massive Open Online Course » et c’est vraiment un excellent moyen de se former tout au long de la vie. Je me suis inscrit sur la plateforme FUN qui a proposé une formation sur le bien être des animaux d’élevageiii et une sur l’avicultureiv ainsi qu’avec les Colibris autour du thème de la démocratiev. J’ai été d’ailleurs agréablement surpris de découvrir le terme monnaie libre dans une des planches sur la démocratie !

Moi : Intéressant. Et pourquoi le thème de la démocratie en particulier ?

Alexis : Je remarque que la France traverse une grosse crise sociale et que la question qui revient largement est le fonctionnement de nos institutions en France. Sommes-nous toujours en démocratie ? Mais en fait, qu’est-ce la démocratie ? Je crois que nous nous sommes laissés déposséder de nos moyens de gouvernance à cause des élections, nous sommes devenus passifs.

Aussi, je me suis rendu compte que comme beaucoup de monde, je ne consacrais pas assez de temps à ma citoyenneté et que c’était à moi de me renseigner et de m’éduquer afin de comprendre donc je m’y emploie. Tiens, je vais jeter un œil au grand débat nationalvi pour voir ce qu’il en est.

Je me suis d’ailleurs renseigné sur le système monétaire à travers la lecture du bouquin « La Monnaie : ce qu’on ignore » de Denis La Plumevii, acheté en monnaie libre. Je trouve que c’est une lecture éclairante sur le système monétaire et bancaire mondial. J’ai bien compris les limites, les alternatives ainsi qu’une description des crypto-monnaies. Il choisit également de présenter le concept de la monnaie libre et explique en quoi elle peut être plus juste sur la création monétaire.

ihttps://www.rue89strasbourg.com/epuises-cinq-opposants-au-gco-mettent-fin-a-la-greve-de-la-faim-145054

iihttps://www.selfgarage.org/

iiihttps://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:vetagrosup+132002+session01/about

ivhttps://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:agrocampusouest+40003+session01/about

vhttps://colibris-universite.org/formation/mooc-quelle-democratie-pour-demain

vihttps://granddebat.fr/

viihttps://blog.denislaplume.fr/2017/09/29/le-livre-la-monnaie-ce-quon-ignore-est-sorti/

Moi: Je partage tes réflexions car je trouve qu’on se laisse diriger. On râle, on critique mais on se laisse faire finalement alors que la démocratie, c’est le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple. Et aujourd’hui, on en est loin !

Je vois que non seulement tu découvres et développes tes connaissances du monde agricole mais c’est également un sacré moyen de travailler ta conscience personnelle et citoyenne ! Je pense que le Alexis d’avant le départ n’est déjà plus complètement le même !

Merci encore de nous faire partager tes différentes expériences et points de vue. A très bientôt !!

Alexis : Merci Alexia pour l’entretien et à très bientôt !

A bientôt pour le prochain épisode !

Interview d’Alexis réalisée le 15 janvier 2019
Alexia007

 

Print Friendly, PDF & Email